Blogue

Hélène Dubé, propriétaire de la première habitation de style Earthship au Québec, entame avec cet article une petite série qui vous entraînera dans le monde de la simplicité volontaire et vous fera saisir toute l’importance de rêver sa maison ! 

Tout le monde aspire à avoir sa maison, son nid douillet, son refuge. En fait, c’est un des besoins essentiels de toutes les créatures de cette planète. Dans mon cas, j’ai commencé très jeune à imaginer de quoi ma maison aurait l’air. À mon insu, j’avais été influencée par un film de Walt Disney qui s’était gravé dans mon subconscient. Je n’ai découvert que tout récemment, à quel point ce souvenir a orienté mes choix, mais on y reviendra plus tard. Commençons au commencement si vous voulez bien.

Ma petite histoire

Mes premiers dessins remontent au début du secondaire, dans mes cahiers de notes de français et de mathématique, j’avais à peine 12 ans. Il s’agissait d’une cabane en bois rond au bord d’une rivière. Une roue à aube fournissait toute l’énergie dont j’avais besoin et une palissade entourait le tout pour protéger mes moutons qui fournissaient la laine, la viande… et le chauffage. Ils habitaient le rez-de-chaussée et moi l’étage pour profiter de la convection naturelle.

Avec les années mes maisons évoluaient au fil de mes découvertes. J’avais les yeux et les oreilles grands ouverts à tout ce qui tout ce qui touchait l’architecture et la construction. C’est ainsi qu’en 1980, j’ai lu un article qui parlait de maisons enfouies. Je trouvais cette astuce géniale car elle protégeait des vents froids de l’hiver. J’avais aussi développer une passion pour les plantes et je me voyais vivre dans une maison/serre. Certains de mes dessins de l’époque ressemblaient déjà à un earthship : enterrées sur 3 côtés, façade sud entièrement vitrée et d’énormes bacs de plantes dans lesquels poussaient des arbres.

À vous maintenant de rêver !

Je vous invite à vous asseoir tranquillement pour écrire sur du papier, les caractéristiques principales de la vie dans votre future maison. Je parle ici des grandes lignes : climat, région, boulot, proximité des amis et de la famille… ou non. Réfléchissez à ce que vous allez faire au jour le jour, vos activités quotidiennes, vos loisirs, le voisinage, les déplacements : à pieds ? en bicyclette ? La nourriture, d’où vient-elle ? Avez-vous le pouce vert ? Travaillez-vous à l’extérieur ? Les enfants vont-ils à l’école ?

Voici par exemple, une liste de priorités que vous pourriez mettre en ordre : auto-suffisance, respect de l’environnement, maison saine, vie communautaire, esthétisme, réduction des dépenses/consommation, vie privée, confort, voyage. N’hésitez pas à y ajouter tous les sujets qui vous semblent pertinents.

Cet exercice vous guidera pour faire un bon choix de terrain. Il faut toujours regarder du plus grand au plus petit, en partant de ce qui est le plus difficile à modifier par la suite ! Voici une liste que nous utilisons en permaculture pour évaluer l’ordre de permanence (en anglais seulement) de divers éléments. Les grands thèmes sont : le climat, la géographie, l’eau, l’accès, la faune et la flore, les micro-climats, les infrastructures, les zones d’utilisation, la fertilité et l’historique du sol, puis finalement la beauté et l’expérience de l’endroit.

Si vous avez déjà acheté un terrain, il se peut que cet exercice vous fasse réaliser que ce n’est pas l’endroit idéal pour vous établir. Il est toujours temps de changer vos plans, et plus vous le ferez tôt, moins vous aurez l’impression d’avoir perdu de votre temps/énergie. N’oubliez pas que rien de ce que vous avez fait jusqu’à maintenant n’est perdu, ça fait partie de vous et de votre bagage d’expériences, c’est irremplaçable et si souvent dévalorisé.

La suite par ici !   🙂

Hélène Dubé - experte formations Solution Era

Auteur de cet article :  Hélène Dubé

Hélène et son mari Alain ont été les premiers à construire une maison de type Earthship au Québec. C’était à Chertsey en 2005. Conçu à partir de matériaux récupérés, équipé de systèmes sanitaires et énergétiques visant l’autosuffisance, ce type de maison implique un idéal écologique… et tout un mode de vie. Sans surprise, Hélène est rapidement devenue une experte en simplicité volontaire !
Vous pouvez visiter le site de l’Es-Cargo en cliquant ici.
Rejoignez également leur page facebook en cliquant ici. 

3 commentaires

  • Anna Carrier-Laflamme

    Hélène à qui je me permets de dire chère Hélène parce que vous m’inspirer beaucoup! Je viens vous dire un merveilleux merci pour votre article qui s’ajoute à tout ce que je découvre de Solution Era et les personnes qui y sont reliées. Votre expérience exprimée avec synthèse est précieuse dans cet article et ça va beaucoup m’aider dans ma démarche de réalisation de mon rêve. Que le Meilleur vous arrive! Anna xx

  • Félicitation ! Hélène , comme je suis débutant en autosuffisance ,permaculture , ect . Mais que j’ai la chance de posséder une grande forêt avec 7 cours d’eau . Il y a même une partie cultivable ne friche depuis une vingtaine d’année . Bref un petit paradis en devenir . J’aimerais si possible savoir comment vous suivre et apprendre comment débuter . Merci . Je fais un retour au jardinage cette saison , j’ai renoué avec la production artisanale du sucre d’érable ce printemps . Ma cabane de rêve que je bâti est un mixe structure bois rond et murs modernes est avancé de construire . Je prévois une serre pour l’an prochain . Plein de projet mais besoin de connaissances pour éviter bien des erreurs . Je suis retraité et c’est merveilleux de retrouver un peu de liberté . Bonne journée et récolte .

    • Bonjour,

      Très contente de pouvoir vous être utile grâce à mon article!

      …et WOW! quelle chance vous avez d’avoir une belle propriété pour vous amuser
      Dans quelle région êtes-vous?

      Plusieurs possibilités pour profiter de mon expérience et des connaissances amassées au fil de notre projet de l’ES-Cargo. Vous pouvez me suivre sur FB par ma page personnelle et sur la page de notre maison.

      Aussi, justement en ce moment, je fais une campagne de financement pour faire venir un expert en restoration de fôret, grâce à la permaculture de Sepp Holzer. Je vous invite à y jeter un coup d’oeil et de voir si par hasard vous ne seriez pas intéressé à m’aider et à participer!

      Comme vous le verrez offert dans cette campagne, je fais des consultations privées pour des besoins plus spécifiques, en personne, par téléphone ou Skype.

      Au plaisir d’entendre parler de votre beau projet de retraite!

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Faites en profiter vos amis :)