cadeauRÉDUCTION DE 10% SUPPLÉMENTAIRE SUR NOTRE TRIO DE FORMATIONS AVEC LE CODE: NOEL2018

En savoir plus!

Blogue

Benoît Lavigueur, entrepreneur écologique chevronné et formateur pour Solution Era, nous offre de super solutions pour faire bien des économies dans la réalisation de notre projet de maison écologique de rêve!

Maison saine

Repenser l’isolement

Avant de suivre la formation avec Solution Era, je fantasmais du « shack dans le bois bien isolé du monde ». Vous souriez? Trop typique, je sais! C’est charmant dans notre tête, mais peut-être moins dans notre portefeuille ou pour notre résilience humaine!

Comme entrepreneur, Benoît Lavigueur a construit plus d’une centaine de maisons écologiques. Grâce à sa riche expérience, il nous rappelle certains éléments fondamentaux à considérer dans notre design de plan d’habitation et d’emplacement.

Un projet en campagne : pas nécessairement plus écolo

Pensez-y, si beaucoup de citadins quittaient nos métropoles pour s’installer en campagne, le déboisement, combiné aux déplacements en automobile sur de plus longues distances (à moins de travailler de la maison), créerait une lourde empreinte écologique.

On le voit déjà dans les « belles » pelouses identiques et parfaitement inutiles de nos banlieues, qui créent un large étalement urbain! D’un point de vue logique et pratique, rendre nos villes plus résilientes, durables et écologiques est souvent nettement plus viable.

D’ailleurs, Solution Era nous fait visiter, pendant la formation au Certificat en design de bâtiment écologique, deux petits bijoux d’habitats écologiques urbains. L’incroyable maison rénovée de Jean-Raymond Goyer, ancien étudiant du Certificat, se trouvant à Lachine, ainsi que le magnifique triplex dans Rosemont (Montréal) de Nicolas Girouard, entrepreneur en éco-rénovation et formateur à Solution Era.

Contrairement à ce que l’on peut croire, la ville permet de mettre en œuvre un grand nombre de solutions écologiques viables. Par exemple, on peut y vivre dans une approche de permaculture, installer un système de filtration de l’eau, utiliser des matériaux de construction sains, durables et performants, utiliser un design solaire passif dans plusieurs cas (ou du moins maximiser cet apport de rayonnement solaire)… et j’en passe!

Un autre aspect vital? La richesse de partager une existence avec plus d’échanges communautaires. Tout ça en plus d’utiliser les transports en commun urbains! Un livre à la main, un bon audio, du beau monde à côtoyer, pas de coût d’essence, pas de réparations, pas de soucis!

Moins d’isolement pour moins de frais!

À moins de vivre en totale autonomie énergétique, c’est à dire sans connexion à un fournisseur d’énergie (ce qui n’est pas donné, comparé au coût de l’électricité au Québec), il y a des réalités pratiques et économiques importantes à considérer.

Mon rêve d’ermite de construire une maison unifamiliale neuve en pleine forêt ou en campagne isolée (nécessitant l’installation d’infrastructures de base et des installations sanitaires) venait aussi avec de gros coûts initiaux à considérer. Des fois il faut sortir un peu du rêve pour mieux le vivre après! Sinon, la rénovation d’une maison de ce genre, déjà existante, peut être moins douloureuse pour le portefeuille!

Un exemple concret? Le branchement à un poteau électrique d’Hydro-Québec ne coûte rien si notre maison se trouve à 200 pieds ou moins de distance de celui-ci. L’isolement d’un habitat seul en forêt devient cependant plus coûteux pour chaque pied qui le sépare de ce branchement à l’électricité.

C’est un exemple parmi d’autres, comme les coûts de création d’un chemin qui relie la route à l’habitation et son déneigement. C’est aussi le cas de la fosse septique et un éventuel puits artésien. N’oublions pas les très savoureuses taxes municipales!

Imaginez que tous ces coûts soient coupés de moitié ou plus encore? Comment?

Benoît Lavigueur nous propose ses solutions de génie!

Le partage : c’est économique et écologique

Cet entrepreneur pragmatique a eu l’occasion dans sa carrière prolifique de bâtir des maisons écologiques unifamiliales, mais aussi bi-familiales, et même bi-familiales jumelées (quatre habitations dans le même bâtiment). Elles permettent des économies considérables pour la mise en œuvre d’un projet d’habitation éco-abordable.

Pensez-y bien. Il y a des dépenses qui sont uniques, peu importe le nombre d’habitants du bâtiment : raccord de branchement au poteau électrique d’Hydro-Québec, puits artésien, fosse septique, taxes municipales, etc. Mais, celles-ci peuvent être amorties par le partage des coûts entre habitants!

Certains frais peuvent dépendre du nombre d’individus ou d’unités d’habitation, mais chose certaine, l’amortissement des coûts partagés est toujours nettement plus avantageux que lorsqu’il est payé par un seul individu ou une famille (ex. hypothèque et chauffage).

Attention! Benoît nous rappelle toutefois qu’au Québec, chaque municipalité impose des règlements spécifiques pour la mise en œuvre de bâtiments bi-familiaux ou bi-familiaux jumelés. Il s’agit simplement de vérifier auprès de votre municipalité.

Le partage nous simplifie la vie et nous la rend plus belle

Finalement, c’est l’aspect communautaire de ce genre de projet d’habitat qui fait sa plus grande richesse. Ce n’est pas seulement des économies qu’on partage dans un tel scénario, mais également les plaisirs de l’entraide et du soutien, tout en conservant sa part d’indépendance et d’intimité grâce aux unités d’habitation.

Lorsqu’on a le bonheur de pouvoir enfin cultiver ses propres légumes biologiques et locaux à l’année avec une serre d’abondance, ou que l’on crée un magnifique jardin, un aménagement comestible ou même une forêt nourricière (dans les cas de vie en campagne), un temps important doit être consacré à faire fructifier et prendre soin de ce bel oasis!

En plus de l’entretien d’une habitation, la production d’une partie ou de toute sa nourriture, demande un investissement de temps et d’énergie, lorsqu’on occupe déjà un emploi. Cette répartition équitable des tâches à plusieurs peut permettre une plus grande production sans s’éreinter au travail et sans rien perdre de nos récoltes!

Ça permet inévitablement de plus grands et plus riches échanges humains!

Le Certificat permet aussi deux autres visites de projets fantastiques de maisons jumelées. La maison bi-familiale, saine et naturelle de Ginette Dupuy, formatrice au Certificat et grande spécialiste de la maison saine et naturelle en brique de terre crue. On visite aussi la maison jumelée de deux familles, anciens élèves du Certificat, qui ont décidé de tenter cette merveilleuse aventure écologique!

Pour en savoir plus sur les multiples avantages des bâtiments bi-familiaux jumelés écologiques, venez suivre la super formation de Benoît Lavigueur au Certificat en bâtiment écologique!

Auteur de cet article : Maëlle Hartmann

Maëlle Hartmann est blogueuse à Solution ERA. Elle a à cœur de permettre à plus d’harmonie, de conscience et de résilience de prendre place dans notre monde en grande évolution. Elle œuvre à mettre en valeur de l’information écrite nous permettant de faire des choix plus éthiques et respectueux de notre nature profonde et de l’environnement qui nous entoure.

4 commentaires

  • Bonjour Mme Hartmann. Pour les personnes moins fortunées, comme moi-même, je crois avoir trouvé une solution et j’aimerai avoir votre avis on de un ou plusieurs connaisseurs. Je pensais d’habord, trouver le terrain loin de tout ce qui m’affect car je suis une de ces Super Sensible aux ELM et compagnie. Tout en gardant une distance accessible pour faire ex: épicerie et tra la la! J’y arrive, une tente que l’on appelle YURT genre utilisée en Mongalie. J’ai trouvé un site qui se situe à Alexandria Ont. et WOW ! Cela me conviendrait purrrrfectly… La compagnie se nomme: Groovy Yurts Donc, un petite visite ne serait-ce que pour vous amuser mais avec beaucoup de sérieux et de considérations. J’apprécierais si le temps et le coeur vous en dis, de partager vos ideés, commentaires etc… Merci de m’avoir lu, Hélène

    • Bonjour Mme Cossette ! Merci pour votre commentaire et le partage de votre très intéressant projet. Nous avons à Solution Era de super coachs qui sauront vous conseiller avec plus de précision que moi sur ce type d’habitation. Je leur fais part de votre question et l’un d’eux se fera un grand plaisir de répondre, de son mieux, à votre question ! Au plaisir !

    • Renaud de Larochellière

      Bonjour Hélène,

      La yourte est une bonne idée, peu coûteuse en effet , il faut par contre considérer de l’isoler et qu’elle soit protégée des vents froids de l’hiver. Pour assurer un confort, une source de chauffage efficace sera essentielle. La simplicité volontaire est de mise dans ce genre de projet, car les commodités telles que toilette à l’intérieur, laveuse ou sécheuse à linge, ou douche sont plus difficiles à installer. Tout sera plus compliqué durant l’hiver.

      J’ai souvent vu ce genre d’installation dans un projet récréotouristique où il y avait un pavillon communautaire pour assurer un certain son confort.
      Il pourrait aussi être annexé à une mini-maison pour y ajouter de l’espace 3 ou 4 saisons.

      Il faut impérativement s’informer à la municipalité, car l’installation de bâtiment temporaire est souvent réglementée et contrainte.

      Merci

  • Bonjour,
    Depuis toujours j’espère avoir une maison écologique. Je prends soin de la terre. J’ai déjà une auto électrique depuis deux ans et demi. Et là, je vieillis, je suis à la retraite, et j’ai un projet novateur. Je suis en train de mettre sur pied une coopérative de solitarité, de logements pour 55 ans et plus. Et tout cela dans un beau petit village, Pointe-du-Lac, dans la ville de Trois-Rivières. Je veux vivre dans un endroit convivial, avec des valeurs environnementales, de solidarité, de sécurité, de liberté et de dimension humaine. … Nous pourrons ajouter graduellement les services nécessaires pour pouvoir y vivre jusqu’à la fin de nos jours, si possible. Ainsi nous pourrons vieillir dans la dignité, chez nous.
    Pour ce faire, nous avons besoin d’un entrepreneur écologique, et je pense que je suis à la bonne place pour avoir de bonnes suggestions. Est-il possible d’avoir un 12 logements (environ) avec une serre d’abondance, comme Francis le propose et que je trouve géniale…. une belle façon de continuer notre vie en beauté et de garder notre goût de vivre dans un environnement de qualité.
    Il faut s’organiser lorsque nous en sommes encore capable, avant de se faire organiser par les autres! Une belle alternative aux grosses maisons, impersonnelles et très dispendieuse .
    Merci!

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article

Faites en profiter vos amis :)